NOTE : 15/20

assassin's creed liberation hd

Prévu à l'origine uniquement sur PS Vita, Assassin's Creed III : Liberation fera finalement un détour sur consoles et PC. Oubliez donc le gameplay tactile et les graphismes de la version portable, Aveline de Grandpré s'offre ici une aventure en HD qui outre une refonte visuelle évidente, bénéficie également de quelques nouveautés. Justifient-elles pour autant l'acquisition de cette nouvelle version ? Avant de le découvrir, un petit tour d'horizon de l'univers et des mécanismes du jeu s'impose.

Assassin's Creed III : Liberation HD

Soyons clairs, si vous avez joué à la version Vita, vous ne serez pas dépaysé : qu'il s'agisse du scénario, du gameplay ou des armes disponibles, ne vous attendez donc pas à de grosses surprises. Mais qui dit arrivée du titre sur de nouveaux supports dit aussi nouveau public, il convient donc de revenir sur l'ensemble du jeu avant de présenter les particularités du portage. Si vous souhaitez seulement connaître les nouveautés de la version HD, rendez-vous directement au dernier paragraphe de notre test. Dès le lancement d'Assassin's Creed III : Liberation HD, on comprend que les développeurs justifient l'existence de ce volet légèrement séparé (et n'ayant rien à voir avec les aventures de Desmond) en partant du principe qu'Abstergo (entreprise fondée par les templiers et ayant créé l'Animus) fournit simplement un divertissement à ses clients par le biais de l'Animus, cette machine donnant la possibilité d'incarner un assassin d'un autre temps. Pour la première fois dans un mode Scénario, il ne s'agit donc pas directement d'un de nos ancêtres : une pirouette scénaristique tirée des récents modes multijoueurs des versions consoles et qu'Ubisoft a depuis reprise pour le dernier opus de la série, Black Flag. Nous incarnons donc Aveline de GrandPré, une jeune femme vivant à la Nouvelle-Orléans, et issue de l'union d'un riche marchand français et d'une esclave ayant disparu durant son enfance. On découvre d'ailleurs une séquence introductive nous relatant cet événement avant de rencontrer à nouveau Aveline, cette fois-ci adulte... et déjà assassin.

Aveline, l'assassine entre deux mondes

Assassin's Creed III : Liberation HD Voici Aveline, l'héroïne de cet épisode. Pour savourer le jeu, il faut bien entendu suivre et comprendre son contexte historique, puisque Liberation se situe, comme Assassin's Creed III sur consoles de salon, en pleine révolution américaine. La guerre de Sept Ans vient d'avoir lieu, et la France a donc cédé l'est de la Louisiane aux Espagnols, ce qui est vu d'un mauvais œil par les colons majoritairement français, ceux-ci n'ayant même pas été tenus au courant de ce changement drastique. Et ce changement de gouvernance coïncide également avec la disparition mystérieuse de nombreux esclaves de la Nouvelle-Orléans et des alentours. Aveline mènera donc l'enquête à ce sujet, ce qui l'entraînera jusqu'au Mexique, et lui permettra également d'en apprendre davantage sur la disparition de sa mère, Jeanne... Si le début de l'aventure est un peu confus, puisque tout n'est pas immédiatement expliqué au joueur, ce dernier se trouve tout de même assez rapidement happé par ce scénario et par le destin d'Aveline, une femme libre et forte. Ses origines métisses et sa propension à se battre pour diverses causes qu'elle affectionne sont d'ailleurs au cœur du gameplay de cet épisode.

Un gameplay classique mais efficace

Assassin's Creed III : Liberation HD Fallait pas en faire tout un foin. Dès les premières minutes, le joueur connaissant la série retrouvera ses marques, tant le gameplay adopté est similaire à celui des épisodes « classiques » sur consoles de salon. Aveline peut donc grimper de manière très fluide sur à peu près tous les éléments du décor (et même les arbres, notamment dans le bayou), elle dispose d'une vision d'aigle identique aux autres épisodes, elle pourra se cacher dans des chariots à foin, ou même plonger dedans, si elle est poursuivie, ou encore fouiller les poches des passants directement dans les rues grouillantes de la Nouvelle-Orléans. On pourra aussi faire joujou avec notre lame en effectuant des assassinats, et on pourra même les enchaîner, ou les perpétrer à partir d'un point élevé de l'environnement, ou de l'un de ces fameux tas de foin... Pas de dépaysement, donc, et ce jusque dans les phases de combats, également bien présentes dans cet opus. Aveline peut se battre avec ses propres armes ou en récupérant celles de ses adversaires, et utilise, comme ses confrères assassins, un système de contres dévastateur et surtout essentiel. Elle pourra aussi balancer quelques coups de pied bien sentis pour déstabiliser certains ennemis. Au niveau de son arsenal, la diversité est de mise. La belle possède par exemple une lame secrète, une machette, une sarbacane ou encore un fouet, qui lui sert aussi lors des phases de plates-formes. Ce dernier est bien utile pour chopper les ennemis et les attirer jusqu'à elle, avant de les achever avec une autre arme. Ces combats sont donc satisfaisants, mais assez redondants, car ces phases manquent quand même de diversité. D'autre part, la caméra nous joue parfois des tours en ne se plaçant pas d'elle-même à l'endroit adéquat, surtout dans des zones étroites. Dans l'ensemble, le titre se présente donc comme un Assassin's Creed classique, mais efficace.

Un peu de tenue, voyons !

Assassin's Creed III : Liberation HD Notre personnage principal peut alterner entre trois tenues ayant chacune leurs caractéristiques. La véritable nouveauté réside dans la possibilité qu'a Aveline de changer d'apparence, et de devenir tour à tour une esclave, une dame ou une assassine, en modifiant sa tenue à partir de vestiaires situés sur la carte. Autant le dire tout de suite, lors de nombreux objectifs à atteindre, le jeu vous guide en vous suggérant d'utiliser une tenue plutôt qu'une autre, et pour certains passages, l'apparence est même carrément imposée. Ceci dit, la liberté est quand même souvent présente, et ces tenues ont une réelle influence au sein du jeu. Aveline sera par exemple faible au combat, se déplacera moins vite et ne pourra pas escalader les bâtiments en tant que dame, apparence qui lui donnera par contre la possibilité de soudoyer ou de séduire les gardes. Quand elle prend l'apparence d'une esclave, cette dernière est également faible au combat, mais peut créer des émeutes (et hop, une petite diversion), grimper partout, et passer inaperçue en se fondant parmi les ouvriers ou en portant des caisses. Les niveaux de notoriété d'Aveline diffèrent selon ses trois apparences, l'assassine ayant, de base, un niveau de notoriété de 1. Pour faire baisser celui-ci, diverses solutions sont possibles. Pour la notoriété de la dame, il conviendra d'éliminer des témoins gênants, pour celle de l'esclave, d'arracher des avis de recherche, et de soudoyer des notables pour celle de l'assassine. On ne pourra pas se défaire de cette sensation de feature artificielle, avec un personnage qui devient faible uniquement parce qu'il se grime en esclave. Ceci dit, ce système est plutôt bien pensé, et permet de donner un peu d'ampleur et de variété aux missions proposées.

Vous allez voir du pays

Assassin's Creed III : Liberation HD Le Bayou est une zone marécageuse qui vous obligera à cohabiter avec des crocodiles. Lorsqu'on pense à Assassin's Creed, on s'imagine un terrain de jeu immense composé de lieux à visiter librement. Est-ce le cas ici ? Oui et non. Assassin's Creed 3 : Liberation vous permet en tout cas de vous mouvoir à volonté dans la petite ville de la Nouvelle-Orléans, qui est, il faut le dire, assez rapide à traverser. Le scénario nous mène également automatiquement dans d'autres endroits, comme le bayou (l'occasion de tremper nos pieds dans la boue et de faire des acrobaties dans les arbres) ou le Mexique, sans qu'on ne puisse vraiment choisir de les explorer quand bon nous semble. Le titre est classiquement découpé en séquences ADN composées de divers objectifs principaux, des missions secondaires et des objets à récupérer sur la carte étant également de la partie. On pourra en effet libérer quelques esclaves pour aider la belle-mère d'Aveline, ramasser des pages égarées du journal de Jeanne, la vraie mère de l'héroïne, débusquer des coffres, acheter des vestiaires ou des commerces (les tailleurs et les armureries sont présents), récupérer des artefacts en nombre limité, notamment au Mexique, sur un site Maya... Aveline ayant plus ou moins repris le travail de négoce de son père, elle pourra tenter d'effrayer ses concurrents directs, également indiqués sur la carte. D'autre part, une sorte de mini-jeu, accessible depuis son repaire, vous permet même de faire du commerce en achetant des bateaux, en transportant des marchandises et en les revendant dans d'autres ports, pour faire gonfler votre cagnotte. Il faudra donc tenir compte de divers éléments, comme la longueur de la route empruntée ou la possibilité de tomber sur des pirates ou des tempêtes. Ce petit ajout sympathique ne vous tiendra pas longtemps en haleine, mais a le mérite d'exister.

Des quêtes annexes bien discrètes

Assassin's Creed III : Liberation HD Un mini-jeu de gestion de vos navires est disponible. Malgré ces petits à-côtés vous permettant d'amasser de l'argent ou des objets, on reviendra donc quand même assez rapidement à nos séquences principales. Le sentiment de liberté n'est donc pas exactement le même que sur un épisode "classique" de la série, même si on y trouve bien un monde ouvert assez riche. On peut noter que ces séquences principales sont composées d'objectifs à l'intérêt parfois inégal. Si certaines quêtes sont menées de main de maître, d'autres sont un peu trop répétitives, à l'image de celle vous demandant de récupérer une série d'objets à divers endroits afin de vous créer une arme, au Mexique. D'autre part, il est regrettable que des bugs fassent leur apparition, bien qu'ils n'aient pas pour autant gâché notre partie. Armes flottantes, cadavres un peu fous ou personnages qui passent à travers des éléments du décor, il y en a pour tout les goûts. Les habitués de la série ne seront donc clairement pas dépaysés de ce point de vue là.

Et cette version HD, elle apporte quoi ?

Assassin's Creed III : Liberation HD Le titre est plus abouti visuellement que la version Vita. Chose promise, chose due, il est temps de s'attaquer aux nouveautés de cet opus. Un bref coup d’œil suffit d'ailleurs à voir la première d'entre elles : l'apparition de la HD. Le résultat est plutôt convaincant sur consoles et s'avère très proche du rendu obtenu sur Assassin's Creed III, malgré quelques textures encore baveuses. On retrouve davantage de détails dans les décors, qu'il s'agisse de la végétation plus dense dans le Bayou ou de l'apparition de meubles et tableaux en tout genre à l'intérieur des maisons. Mais c'est surtout avec une modélisation des personnages affinée et l'arrivée d'effets de lumière bien plus poussés que la différence se fait sentir. Les animations n'ont en revanche pas bénéficié du même soin, comme le prouvent les très vilaines giclées d'eau qui apparaissent quand votre personnage se déplace dans une rivière, ou le côté légèrement figé d'Aveline lorsqu'elle court, qui rappelle davantage les mouvements d'Altaïr et Ezio que d'Edward ou Connor. Rien d'alarmant pour autant, d'autant plus qu'au niveau des combats Aveline dispose désormais de toutes les techniques de combat de Connor. L'interface a de son côté subi quelques changements, avec un HUD bien plus proche de la version console d'Assassin's Creed III, décidément une constante pour ce remake HD ! Au rayon disparitions, on retrouve en toute logique les fonctionnalités tactiles, mais également le multijoueur. Ce dernier n'était certes pas exceptionnel, mais le voir ainsi passer à la trappe reste un choix surprenant. Dernier point à aborder, de nouvelles missions font leur apparition dans cet épisode HD mais ne s'avèrent pas suffisamment consistantes pour en rallonger significativement la durée de vie.

 

 

Les notes :
+Points positifs
  • Plus abouti visuellement que la version Vita...
  • Le personnage d'Aveline, charismatique
  • Les subtilités du scénario liées à Erudito
  • Changer de costume, une idée originale qui apporte de la variété au gameplay
  • Durée de vie de bonne facture (20 heures) pour le prix (19,99 €)

 

-Points négatifs
  • … mais encore inférieur aux épisodes sur consoles de salon
  • Quelques animations pas exceptionnelles
  • Une sensation de liberté amoindrie par rapport aux autres épisodes

 

C'est avec plaisir que les joueurs sur consoles de salon et PC vont pouvoir découvrir les aventures de la charmante Aveline de Grandpré. On pourra certes pester contre les ajouts bien discrets ou l'aspect technique pas complètement au niveau des derniers opus, mais ce serait bien vite oublier les originalités du gameplay, l'ambiance réussie et le prix abordable pour un titre que vous bouclerez entièrement en pas moins d'une vingtaine d'heures.

 

 

 

NOTE : 15/20