NOTE : 11/20

red faction II

Après un premier volet bien sympathique et qui avait même su nous divertir malgré quelques lacunes, Red Faction nous revient mais cette fois, la déception est là au regard de ce titre bourrin au possible et qui s'avère aussi terne que fatiguant.

Red Faction 2

Chose étonnante c'est d'abord sur PS2 que cette suite a vu le jour. C'est donc sur console que l'on a pu constater que les espoirs placés en elle avaient fondus comme neige au soleil. Etant un garçon naïf, j'étais certain que cette version PC apporterait son lot d'améliorations (je mens bien vous trouvez pas ?). Pas de bol, c'est loin d'être le cas. Ce que l'on attendait essentiellement du soft de Volition, c'était bien entendu une exploitation poussée du moteur Geo-Mod en termes de gameplay car il faut bien le dire, à ce niveau, le premier opus n'avait pas fait énormément, si ce n'est nous ébahir et surtout nous permettre de détruire plus qu'un néon en tirant à la roquette dans un couloir. C'est bien ce qui faisait son charme à l'époque. Pour la petite histoire, sachez que c'est un homme dénommé Alias que vous incarnerez, après la révolte de la Red faction, un nouveau gouvernement a été mis en place sur Terre, et c'est pour lui que vous bossiez, mais réalisant qu'il ne s'agit là que d'une nouvelle dictature, vous et vos potes allez vous rebeller et lutter aux côté de la Red Faction. Voilà pour le scénario qui vous place une nouvelle fois au coeur d'une lutte pour la liberté.

Red Faction 2 Arf, elles sont jolies les modélisations. Que dire de Red Faction 2 ? La particularité de la série c'est, vous le savez, le Geo-Mod, un moteur qui permet la destruction massive des décors. En gros et surtout en théorie, le moteur est censé offrir une plus grande liberté au joueur qui peut non seulement se défouler mais surtout ouvrir de nouveaux passages à travers les murs. Seulement voilà, cela ne marche que lorsque les développeurs l'ont prévu ce qui se traduit dans la pratique d'une manière simple : un mur est destructible à un point A, mais pas ailleurs. Au final, cela revient exactement au même que d'ouvrir une porte. Vous voilà face à une porte close. Oh là là, comment vais-je passer, Boom, un trou dans le mur et voilà. Très drôle au début, on s'en lasse rapidement. Certes, cette destruction ajoute un peu de fun aux gunfights en nous donnant l'opportunité de détruire les planques mais là encore, l'utilité de la chose s'avère très accessoire.Red Faction 2 Des trains d'un côté, des soldats de l'autre, y'a pas intérêt de perdre le nord. Par ailleurs, Red Faction est un FPS définitivement bourrin. Comment peut-on aujourd'hui nous proposer un truc aussi primaire ? Vous me direz Unreal 2 aussi c'est bourrin en diable, certes mais au moins un effort a-t-il été fourni au niveau de la mise en scène (qui est pathétique dans RF 2). On progresse au sein de niveaux couloirs, en se foutant de nos objectifs et en tirant comme des malades sur tout ce qui bouge. On en arrive à un point où ça devient presque fatiguant. Bien sûr, si on aime vraiment jouer comme une gosse brute, ça défoule. On notera au passage l'IA qui va du très correct au carrément débile selon l'avancée dans le jeu. De gardes intelligents qui savent se planquer au début du jeu, on passe à des monstres nano-modifiés « qui ont gagné en force ce qu'ils perdu en QI » (j'adore me citer moi-même). Mouais...Red Faction 2 La cartouche incendiaire ça fait toujours son petit effet pour les fêtes. Toutefois, on pourra toujours se rabattre sur les véhicules que l'on sera amené à piloter. Promenades en tank ou en hélicoptère seront au programme. Des phases qui là encore se montrent bien inégales, parfois très sympa (première poursuite en hélico) et d'autres carrément soporifiques (passage en tank). L'autre gros reproche que l'on adressera au titre visera sa mise en scène assez minable. Un jeu très bourrin peut s'en tirer s'il parvient à nous plonger dans quelque chose (genre Unreal 2, encore une fois). Or Red Faction 2 n'y parvient pas, tout juste essaie-t-il de le faire d'ailleurs, les scripts ne sont pas très efficaces et les dialogues sont du niveau d'un nanard Steven Seagalesque.Red Faction 2 On retrouve le fusil "passe-murailles" du premier volet. Une bande-son qui est justement à l'image de la réalisation du titre qui n'est qu'un portage de la version console. Du coup, même avec les détails à fond, les graphismes ont ce côté grossier caractéristique du portage non optimisé. D'ailleurs si on pouvait s'estimer satisfaits sur console, sur PC, les effets sont loin d'être foudroyants en vertu des critères actuels, de même que les textures et les environnements tout carrés. Quant aux cut-scenes elles ne risquent pas de faire chauffer vos cartes graphiques de bourgeois à 500 euros. Ce qui n'empêche pas le jeu de subir une ou deux baisses de FPS de temps en temps (rares et légères il est vrai). Souvenez-vous, l'un des gros atouts du premier volet résidait dans son mode multijoueur online. Voilà un point sur lequel on attendait la version PC de pied ferme. Attendez-vous à une surprise : pas de jeu online. Il faudra se contenter de jouer avec des bots ou en écran splitté façon console. Certes les modes de jeux sont plutôt sympas mais quand même, là, c'est franchement limite. D'autant que la durée de vie du soft n'est pas exemplaire.

 

 

Les notes :
  • Graphismes 11 /20

    Un portage à l'emporte pièce de la version console visiblement. Les graphismes sont grossiers, les textures peu détaillées, les modélisations parfois hideuses et l'animation pas des plus fluides. Même les effets ne sont pas transcendants. Reste un moteur Geo-Mod défoulant et il faut le reconnaître bien travaillé sur un plan technique.

  • Jouabilité 10 /20

    Difficile d'offrir un gameplay plus primaire. On avance en défonçant tout ce qui bouge sans même un bon script pour faire flipper. Le Geo-Mod est très mal exploité (voire pas du tout) du point de vue du gameplay ce qui est des plus regrettable.

  • Durée de vie 12 /20

    Une campagne solo très linéaire et pas spécialement dure qui n'est secondée que par un multijoueur avec bots sympa mais supra-limité.

  • Bande son 14 /20

    Les effets sont réussis et d'un point de vue technique les voix aussi, mais les dialogues sont navrants et tombent souvent mal. Étrangement, les musiques se remarquent encore moins que sur la version PS2.

  • Scénario /

 

Déjà pas fabuleux sur console, Red Faction 2 sur PC est loin de pouvoir tenir tête à la très grande concurrence en matière de FPS. Bourrin au possible il nous offre un gameplay primaire pour ne pas dire primitif, une mise en scène fadasse et une réalisation en manque de soins sans parler de l'absence de mode online. L'idée du Geo-Mod est gâchée et le soft ne conviendra qu'aux plus excités de la souris d'entre vous.

 

 

 

NOTE : 11/20